VIDÉO GAY le TOPVersion MOBILE


SketboysArabes et Blacks TTBMMinetsPA GAYSportifsGaySMCrunchBoyFrench TwinksDomiAddictActeurs pornoTop Vidéos Gay


Foutre à tout va pour la touze gay des squatteurs

L'après-midi va être chaude du dard, pas l'ombre d'un doute ! Une bande de squatteurs décident de se vider les couilles en groupe. Dans leur quartier ils ont fait passer le message : tous les mecs qui ont envie de gicler sont les bienvenus pour une grosse touze en plein air. Le sol est crade, c'est le bordel mais franchement c'est le cadet de leur soucis : ici tout le monde ne pense qu'à se gaver de bites et il y a de quoi faire. Un vrai buffet pour salopes en manque qui dégénère avec des enculades en série sans pitié et un foutrage de gueules en mode illimité. Viens saucer !

Made in germany, En plein air, Ejac faciale, Skins, Piercings, Partouzes gay, Cazzo

Commentaires

Ajouter un commentaire
  • L'EGYPTIEN le 2017-Feb-05 14:19:32 L'EGYPTIEN a dit

    Quand 3 Egyptiens sont venus emménager à l'étage au-dessus, je n'y ai pas tout d'abord prêté trop attention. Ils ne font pas ménage à 3 homosexuels arabes... mais c'est 2 frère et 1 ami qui bossent dans le bâtiment, ils font les plâtres et les papiers peints, et ils ont souvent les mains plus blanches que leur couleur de peau d'un beau marron doré... Comme il y a souvent de la musique de là-bas, qu'on l'entend sur le palier, mon attention a plus été attirée sur eux.


    Un soir je sonne, on m'ouvre. Je ne sais plus trop quel prétexte je trouve, on me fait entrer... Je me présente : le voisin du dessous... Comme je m'y attendais, ils sont très accueillants. Assez vite je me retrouverai à manger avec eux. Des repas assez sobres il faut dire, mais remplis de chaleur et de rires. Ils feront chacun un tour chez moi, juste pour emprunter un tournevis ou voir comment c'est chez oim. Comme ils ne parlent pas très bien le Français et qu'ils apprennent sur des livres à usage des migrants (non, ce n'est pas Mamadou et Binetta), je me retrouverai aussi à faire un peu de lectures avec Gamil, Ashraf ou Réda. Il y a des planches : l'homme, la femme, le corps humain, le visage... Des fois, on me demande : " Et c'est quoi, ça ? ", et on me touche l'endroit du corps en question... Mais bon, on s'intéresse aux diverses parties du corps, aux oreilles, aux mains, aux 4 membres... mais on reste sage, et l’on fume le narguilé en regardant les émissions égyptiennes à la télé... Un beau jour (et beau est bien le mot qui convient), Ashraf est parti un peu plus loin dans la ville, et est arrivé Makhlouf, un cousin. Jusque là, je les trouvais gentils et bien faits les Egyptiens, mais là, Makhlouf, c'est autre chose, il te fait triquer comme un malade !


    Bien moulée, une belle gueule encore plus éclatante quand il sourit en s'apercevant que je le regarde un peu trop sans pouvoir décoller mes yeux... Au début, tout s'est passé comme avec les 3 autres, mais une fois qu'on était sur le canapé et qu'il m'a demandé : " Et c'est quoi ça ? ", il a mis ses doigts sur mon sguègue... Waouf ! Tout d'abord je suis resté tout drôle, j'ai senti que mon sboub était à l'étroit... Il a descendu sa main sur ma cuisse, la caressée, et, avec son autre main, il a pris la mienne et l'a posée sur la bosse qui enflait son fute. Il a redit : " Et ça c'est quoi ? ", il s'est marré puis en s'approchant il s'est mis à me rouler un palot... j'ai senti sa main qui commençait à d boutonner! ma guetbra... Là, j'en pouvais plus, je lui ai enlevé sa ceinture et son falzar : son slibar était gonflé à donf... Je suis resté un moment à regarder la bosse, et j'ai approché ma joue contre et la frottais. Son sguègue prisonnier, il n'en pouvait plus, il a baissé son slip... et là j'ai vu le morcif ! Le salop, que je me suis dit ! Un de ces beignets maousses-costauds, de bonne taille et bien épais, avec de bonnes grosses boules qui pendent mais fermes en même temps... Il s'était rasé...


    Je me suis rapproché et lui ai baisé le ventre, le pubis, le chibre, les yocs, en lui caressant les cuisses et les fesses. Comme il était tout frémissant, il s'est laissé choir sur le canapé. Je devenais fou... je ne savais plus si je voulais le branler (un morceau comme ça, tu parles !), ou tout de suite me l'engouffrer (il avait de quoi me ratisser la gueule...) Mais comme il s'était allongé, il ne pouvait pas me donner des coups de reins, alors je lui ai lutiné son chibre, d'abord en l’excitant encore plus en passant mes doigts écartés sur ses cuisses, puis je me suis mis sur le canapé en face de lui, qui s'était écarté les jambes... Je lui ai fait la sucette dans tous les sens possibles... malaxé les yocs, affûté son roseau... rebaisé, reingurgité jusqu'au fond de la gorge, astiqué le gland avec ma langue frétillante... Son morceau est vraiment lourd et balaise, ça fait quelque chose d'avoir ça en main : je décide enfin de lui branler ça, en lui resuçant de temps en temps, un truc comme ça ça se besogne avec fougue... Et soudain, voilà qu'un jet violent part s'écraser et s'étaler le long du mur contre lequel se trouvait le canapé ! Ça nous étonne tous les deux, et on se marre comme des cons pendant que je lui finis son foutage (y'avait vraiment du foutage dans l'air !) D'autres jours, Makhlouf descend chez oim, mais c'est pas pour tourner les vis... (pour une autre fois).
  • BadBoy le 2017-Feb-12 09:20:08 BadBoy a dit

    Yannis et Amine 3 - Vacances au camping
    Presque tous les jeunes. Entre autres conditions, il y avait celles-ci : "Tu vas oublier tous tes principes et répondre favorablement à tous mes désirs et mes envies, sans songer à les contester. Ta dignité n'existe plus, tu es ma chienne et mon esclave, sexuellement comme pour la vie quotidienne. En signant ce contrat, tu acceptes d'être disponible selon mes envies à n'importe quel moment du jour et de la nuit, et ce chaque jour de l'année. Ce contrat est définitif et ne peux être rompus que par ton nouveau Maître, que tu devras respecter comme tel. Tous mes potes auquel j'accorderai les pouvoirs bénéficieront des mêmes termes du présent contrat vis-à-vis de toi Toutes les grandes décisions de ta vie, ainsi que ton compte en banque, seront gérés par ton Maître. Et je vous épargne les autres clauses qu'il avait mises au point... J'étais devenu un bout de viande. Depuis, il n'a pas trop profité de ce contrat, sauf pour quelques pipes que je lui administrait avec un plaisir difficile à dissimuler. Oui, mon esprit était vaincu à sa force et sa puissance. J'étais sa pute, et cela m'excitait de plus en plus. Tant que ça restait soft... Fin juin, il m'a téléphoné et m'a convoqué chez lui. Je pensais devoir le pomper une nouvelle fois. Il n'en fut rien : il devait partir en vacances prêt de Marseille. En camping. Bien sûr, je compte sur toi pour m'accompagner et me vider les couilles tant que j'en aurai envie. On part dans une semaine. C'est clair ? Maintenant viens pépon... Me voilà aujourd'hui à crever de chaud depuis deux semaines sous cette tante ignoble. Et pour ne pas éveiller les soupçons de ces potes des cités du coin, je restais en permanence enfermé dans la petite tante, ou sur le terrain du petit camping du Roves. Un peu les boules quoi... Par chance, un terrain de foot en terre battue était placé juste en dessous de l'emplacement de notre tante. Je mattais grave les beaux rebeus, tous plus musclés les uns que les autres, jouer au ballon, comme ils disent ici. Et puis au moins, le soir je dormais proche de lui, après avoir eu ma rasade de jus. J'étais chaud comme la braise : il avait trouvé une ceinture de chasteté. Il ne voulait pas que je me touche : T'es encore plus salope quand tu as les couilles pleines, alors pourquoi je te laisserai te vider ? Effectivement, il me tenait par le contrat, mais aussi par le bout de la bite. Tant son corps de rêve que son autorité de mâle me rendait totalement accros. Ajoutez le contrat et la chasteté...rnrnUn jour arriva enfin où il me promis une surprise pour le soir. En échange, je ne devais pas sortir de la journée. Je restais bien sage, malgré la chaleur suffocante. Vers 22h, j'ai entendu deux voix : Amine et un autre. Puis il a passé sa tête entre la fermeture-éclair et il m'a dit : J'ai ramené un mec que tu dois vider. Ça paie ma bouffe alors fais bien ton boulot, je reviens... Mais t'inquiète : je pense que tu vas kiffer ta race ! Ok pute ? Avant même ma réponse, sa tête disparue et un mec entra. Waouh ! Non, pas déçu : cicatrices légères, regard de bête, musclé comme un joueur de foot, regard assassin, 22 ans à tout casser. Ma queue battait la chamade contre sa pauvre cage.rn"C'est toi que je dois vider ? Alors écoute... Pas le temps de finir ma phrase qu'il prit ma tête, la colla sur son paquet en disant : Ferme la, t'es pas là pour parler alors pompe-moi. J'avançais mes doigts afin d'ouvrir sa braguette et je reçu une beigne : Qui t'a dit de mettre tes doigts de PD sur moi ? Utilise ta bouche c'est tout ok ? Pas facile d'obéir à ses ordres, mais il ne m'en laissait pas le choix. Je galérais pas possible. Il intervint : Mais putain, t'es bon à rien ? Tu suce mieux j'espère... Il ouvrit lui-même son pantalon, sans descendre son caleçon. Je m'arrangeais avec les dents pour le baisser. Sa queue frappa contre mon visage et se dressa fièrement. Deux semaines que ma copine est partie au bled cousin. Tu vas avoir du boulot : je suis une mitraillette. Avec moi c'est pas un coup puis chiao... J'aurai bien voulu jouer avec son gland, mais il enfila sa capote et se mît à me limer les lèvres rapidement et sans se poser de question. Comme s'il baisait une chatte élargie. Il avait la tête en arrière et les coups de reins dévastateurs. J'étouffais tant sa queue frappait au fond de ma gorge. Mais c'était trop bon ! Il me juta sur le visage sans prévenir : Tourne-toi maintenant... Donne ton boul. J'obéis sagement. Il lâcha un mollard sur ma rondelle, puis deux doigts forcèrent le passage. Quelques secondes plus tard, sa queue transperçait mes entrailles. Avec force autorité. Quel mâle ! Quelle puissance ! Ça en était un prodige de la baise. Il ne perdait pas de temps. La douleur fut réelle mais infime, car je mouillais d'excitation comme jamais auparavant. Il pilonnait sans aucune pitié. Son zob était tellement large que chaque millimètre de mon cul était limé à la perfection des sensations. Je contractais légèrement ma rondelle, par saccade : Mec, t'as la meilleure chatte que j'ai jamais baisé. Et en plus t'en redemande. T'es vraiment une chienne, truc de ouf ! À ses mots, il se déchaîna en moi. Le rythme me faisait presque tourner de l'oeil. Je ne contrôlais absolument plus rien, la réalité avait perdue son sens. Meilleur que toutes les drogues du monde. Ce mec est un véritable Dieu de la queue. Prends ça salope ! Rhaa...... À ses mots, il sorti sa queue de moi, retira le préservatif et inonda mes fesses de foutre. Pas le temps de souffler que Amine gratta à la tente... T'as fini Karim ? Parce que là j'ai un second pote à satisfaire. Donc grouille-toi frère ! - Amine, y'a moyen de discuter deux secondes avant ? - Ouais. Je peux rentrer ? - Entre putain, c'est ta tente, non ? Bon, je veux ta pute pour moi ! - T'es ouf ! Hors de question. - Écoute, ma copine revient de Tunisie dans 3 mois. C'est trop long. Et avec ta lope, c'est trop bon. Donc elle est à moi. En location. - Tu me fournis toute la beuh que j'ai besoin ? Pour les 3 mois ? - Sans blem. Ramène-toi demain, je te donne ça. Mais la pute est à moi jusqu'à la fin de l'été, on est d'accord ? - Ça marche. Deal. Je peux la baiser jusqu'à la fin de la semaine, avant de repartir sur Paname ? - Wesh Amine mon poto ! Ce qui est à toi est à moi. T'es cool. Je vais dire à l'autre de se barrer." À ses mots, Karim sorti de la tente. On entendit quelques mots inaudibles, puis un choc, et il revint. "C'est bon, tout est arrangé."rnPuis à moi : "La pute, t'es ma propriété pour 90 jours. Prépare ton cul ! s'exclama-t-il d'un rire pervers." J'allais passer 3 mois avec le Dieu de la baise. Et ce fut une expérience unique, que je vous raconterai très bientôt...
  • Sportif cherche actif (Île-de-France, Paris) le 2017-Feb-20 15:42:25 Sportif cherche actif (Île-de-France, Paris) a dit

    MEC SPORTIF PASSIF CHERCHE ACTIFS HETEROS DE PREFERENCE RENOIS OU REBEUX POUR PLAN DIRECT CE SOIR PARKING EN FACE PARC FLORAL VINCENNES

Mots-clés populaires

Informations