VIDÉO GAY le TOPVersion MOBILE


SketboysArabes et Blacks TTBMMinetsPA GAYSportifsGaySMCrunchBoyFrench TwinksDomiAddictActeurs pornoTop Vidéos Gay


Le gros dard qu’il te faut

Doryann Marguet est bi. Après une longue période à glisser sa teub dans des chattes, il avait besoin d'une grosse baise, d'être pris en main par un mec avec un bon dard bien gros et bien puissant. Le jeune Alexis Tivoli, bon chic bon genre, est celui qu'il lui fallait : plein de vigueur et dominateur, il ne demande qu'à dresser et démonter un mec look hétéro et le soumettre complètement à sa pine XXL. Les gars se captent dans la remise et c'est un gros festin de bite : ils se la tètent comme des affamés. Et très vite, Doryann est en transe, ne pouvant plus s'arrêter d'embrasser, de lécher, de gober cette grosse tétine et de sniffer et manger les couilles de son jeune Maître. Le bogosse poilu se met naturellement à 4 pattes, prêt à s'en prendre plein le trou. C'est pas parce que t'es un mec viril qui a dompté un max de chattes que t'aimes pas te faire limer au sol et couiner comme une super femelle. Doryann se lâche et prend son compte, se sent revivre sous les coups de bite bourrins. Il en veut toujours plus, finit par monter sur Alexis Tivoli comme sur un cheval pour avoir un maximum de sensations dans le cul. Ca tape tellement fort que ça lui donne des orgasmes de barbare et il asperge tout le torse d'Alexis de son foutre. Cette odeur de jus bien chaud donne envie à l'actif d'éclabousser de sperme son pote à son tour. La gueule recouverte de semence, tremblant, Doryann sait désormais ce qu'est l'extase et l'addiction au zob.
Bogoss, Made in France, Mecs poilus, Jeunes mecs, french twinks, Grosse bite tbm, Citebeur

Commentaires

Ajouter un commentaire
  • Rahal ta-life le 2017-Feb-05 10:52:59 Rahal ta-life a dit

    Les gars ont un peu flippé d'entendre le frère arriver et ont renfilé leur calbut illico presto. Karim m'a fait signe de me refroquer avant que le frangin ne débarque dans la piaule. Il y avait un petit renfoncement dans la chambre avec un lavabo et de quoi m'essuyer. L'odeur de sperme avait envahi la chambre et, bien que le moment soit tendu, ce parfum de foutre me tenait toujours en gaule.


    Je n'avais pas perdu l'appétit, le truc s'était passé un peu à la va-vite et je restais sur ma faim. Manu, l'Antillais, ouvrit la fenêtre pour aérer, et Karim remettait un peu d'ordre. Le frangin était allé chercher de la binouze dans le frigo, et lorsqu'il est rentré, il trouva étrange que Karim soit là ( il avait le double des clefs) Je sortis ma tête du petit retranchement, et il dit " Qui c'est ça ?" Karim me présenta comme un vieux pote du collège qu'il n'avait pas vu depuis sept ou huit ans. De telles retrouvailles, ça vaut bien un p'tit tarpé ? On a discuté, et je crois que j'ai fini par gagner le charme du frangin, Nordin Je me suis montré le plus avenant possible...


    Il était plutôt beau gosse, sapé class, style à faire du bizz. Un peu plus mûr que son p'tit frère, et l'envie de soutirer un vin enivrant de ce raisin mûr et charnu. L'image d'une grappe de raisin faite en testicules ne me quittait plus, j'imaginais presser de toute ma paume cette grappe, et voir en sortir le jus bien épais et chaleureux. J'étais en plein délire après trois ou quatre douilles : des montagnes de teuch qui m'avaient fait rendre les poumons. Souffle coupé. Karim et Manu sont partis chercher des pizzas. Le frangin et moi on se retrouve tous les deux. Il en vient vite au fait, et ça me fait redescendre sur terre. " Je sais ce que tu es venu foutre là" me dit-il en m'agressant. - Pardon ?! - Ecoute j'connais les délires du reuf, c'est bon - no sornettes avec ouam ! - D'accord! et où était le mal ? A quoi ça sert de se frustrer. Être de jour en jour plus aigri et finir par cogner sa nana ? - T'as une nana toi ? - Perso j'ai arrêté... je n'aime pas leur voix aiguë quand elles jouissent. Il m'faut un cri bien rauque dans les oreilles, un truc du fond des cavernes, tu vois ? Je lui dis ça franco de port et là il éclate de rire. le timbre de sa voix décuplé par l'explosion du rire me fait bander. Je l'image se tortillant sur ma queue et rugir de plaisir.


    Mon imagination ne fait qu'anticiper la réalité. Nordîn s'approche et me prend sauvagement la main, et me dit: - Touche là! la bosse, tu veux que j'te montre comment je les fait jouir les meufs du tiéquart. Pas de quartier avec elles, pareil avec toi ! " Ouaoooôôôh! Je me dis dans ma tête que c'est de père en fils dans la famille, et que bientôt c'est l'reup qui va me passer dessus ! J'écarte les doigts pour bien sentir la grosseur épanouie de son sexe qu'il vient de déballer. Je lèche la fente de son gland, descend jusqu'aux bourses pleines à cracker et à croquer, je flaire un peu son anus à la façon d'un dog en chaleur. Je lape de quelques coups de langue. Des petits cris de plaisir sortent de sa poitrine. " Encore plus ? " " Yes!!!" siffle-t-il !!" Ma langue musculeuse l'encule minusculement, il sent une petite odeur qui n'a rien pour déplaire.


    À nouveau il me donne la tétée, et j'encercle de mes lèvres le biberon chaud. Sa teub est à bloc: " Wahou! C'n'est pas une légende quand on dit que les mecs le font mieux! " Je n'ai pas envie de lui répondre. Je continue de lui montrer qu'en effet, les mecs ont des secrets en la matière que les femmes ne possèdent pas, et moi j'ai un p'tit secret de fabrication qui va le transporter not! petit Nordîn. À son tour, il a envie de me pépom. Je m'étire un peu, et je lui sers sur un plateau d'argent ma royale bite. Petit délice oriental.


    Pendant cinq minutes il ne s'arrête pas, puis sa bouche bien moite remonte le long de mon corps. Il m'embrasse le cou, et me murmure dans l'oreille " Penche toi p'tite lope " J'exécute. Il enfile discrètement une capote, la lubrifie, et s'adonne à une luxure sans précédent. Son bel objet s'enfonce d'un coup dans mon trou dilaté. Il y va à fond et de tout son cœur. Tout en faisant claquer mes fesses, il me branle...Je vais en répandre dans ses doigts... Je vais...non c'est fait. Depuis tout à l'heure, toutes ces émotions m'ont rendu un peu précoce. C'est de bonne guerre. Tiens, d'ailleurs v'la Karim et Manu qui rentrent dans la chambre. Nordîn ne s'arrête pas pour autant. Il lance à Karim - De telles retrouvailles, ca lui vaut bien une petite pétée... au cul !
  • LA GALERE le 2017-Feb-06 10:53:15 LA GALERE a dit

    C’est le matin et aujourd’hui rien à glander. Pas de rencart, une journée morte. Je mate la télé mais ça me fais chier. Les programmes sont nazes.
    Je me lève, me dirige en face de mon Pc pour mater les nouvelles annonces de Citebeur. Trop cool, un nouveau gossebo vient de passer une annonce et cherche un autre lascar pour délirer. En matant sa pics je me rends compte que sa gueule ne m’est pas inconnue. J’ai déjà dut le croiser quelque part mais je ne sais plus où.
    Je lui écrit un message et envoie ma tête pour qu’il ai envie de me répondre. Coup de chance, le gars est derrière son écran et me répond presque immédiatement. Il est d’accord pour qu’on se voit dans l’après midi chez lui.

    Il m’accueille à la porte habillé d’un magnifique survet aux couleurs flashantes. Effectivement je le connais et il y a quelques temps je lui avais fait la misère. Apparemment il souhaite que nous recommencions, alors No problème.
    Je commence par le désaper pour me remémorer son body et exciter mes neurones. Il m’embrasse le cou comme un fou et laisse ses lèvres délirer sur mes muscles tendus. Je lui attrape les fesses et les palpent à travers son bas de survet.
    Elles sont bombés comme j’aime, bien dures et serrées. Mes mains pétrissent sa croupe et rentrent dans son pantalon pour sentir sa rondelle s’ouvrir délicatement sous la pression de mes doigts.
    Il me roule une pelle et s’agenouille pour laisser ma teub grossir dans sa bouche. Ses mouvements de langue sont rapides et experts. Je le relève et baisse son pantalon jusqu’au genoux. Il se cambre et m’invite à le piner, ce que je fais sans problème. Mes couilles frappent son cul et mes mains écartent au maximum son trou qui devient béant. Il ne cri pas, gémit à peine, ce qui m’énerve. Je force la cadence et l’emmène dans un rodéo de l’amour dont il se souviendra longtemps.
    Maintenant ses gémissements se transforment en profonds râles ce qui me contente. J’aime baiser son cul bien musclé, sentir sa rondelle pomper mon dard. Les mains contre le mur il encaisse mes coups presque sans broncher. Il se retourne, veut que je le nique de face comme une feumeu. Maintenant je vois son visage grimacer à chacun des va et vient. Je lui crache un mollard sur la face et gourmand, il tire la langue pour le recueillir dans sa bouche.

    Je lui fais les seins qui se dressent de plaisir. Ma langue titille ses tétons pour les faire se dresser à donf. Il me regarde et souris de contentement avant de cracher un foutre épais sur son ventre. Je n’ai pas encore envie de spermer alors je continu à lui maltraiter les seufs. Je sens qu’il commence à avoir mal, que mes coups le transpercent. J’aime voir sa tête changer d’expression à chaque coup. Intérieurement je rigole, m’amuse avec son cul. Je le retourne une nouvelle fois afin qu’il comprenne qui est le maître. Il me demande d’arrêter mais j’en ai rien à battre. Je saisis ses fesses avec toutes les forces que j’ai dans les mains pour bien le bourrer. Je me retire et crache un foutre chaud sur ses deux fesses. J’étale ma crème tranquillement et pars dans la salle de bains pour me laver. Il reste sur le lit vanné mais heureux. Grâce aux petites annonces de Citebeur, j’ai retrouvé un ancien coup et j’en suis ravis. Alors à qui le tour ?
  • BadBoy le 2017-Feb-12 09:28:07 BadBoy a dit

    Bourge lopé par un rebeu
    « Salut moi rebeu ttbm actif cho. Envie de t'en prendre plein la chatte ?»
    Moi : "Oui grave cho, j'ai besoin d'un vrai mâle qui me lope à fond. Suis super cho".

    Je lui donne mon adresse et 5 min plus tard le voilà qui débarque.
    Le fantasme absolu ! Une tête de tueur comme je les aime, un look lascard qui me fait kiffer grave.

    Et là, ça commence fort : « A 4 pattes chienne. A oilpé ! A mes pieds ». Je m'exécute. Je bande déjà comme un âne.

    Il me saisit la tête, m'ouvre la bouche et me balance un molard bien crade. Je mouille.
    Il sort son zob, putain déjà 15 cm au moins au repos. Et là, il fait le tour autour de moi. Se place au dessus de mon cul et commence à me pisser à la raie. J'écarte mes fesses avec mes mains pour bien sentir son jet. Je me retourne et il finit de pisser dans ma bouche.

    Il me demande une bière, je lui apporte. Me remet à 4 pattes. Lui sur mon canapé, me dit de venir et de le téter. Je m'approche et commence à gober sa putain de queue. Elle est trop bonne ! Super longue, un vrai braquemard !

    Je m'active, il gémit de plaisir. Il me fout des baffes, me molarde la gueule et me traite de pure lope prête à tout. Cela m'excite encore plus.

    Il me retourne violemment, met une capote et quasi à sec m'encule. Je mouillais tellement que ça rentre finalement plutôt vite. Il se déchaîne dans mon cul, frappe mes fesses, me donne des coups de rein qui me font hurler de plaisir et de douleur en même temps. Un vrai mâle comme je les aime !!! 10 minutes de bourrage et il se retire.

    Sur le sol, il me dit de me mettre sur le dos prêt à recevoir son yop. Il me balance mon polo Ralph que je portais tout à l'heure, me demande de le remettre. Là, il se branle au-dessus de moi, en me donnant ses pieds à lécher. Il m'étouffe quasiment mais je bande encore plus fort.
    Au bout de quelques minutes, il lâche la purée sur mon visage et en me salissant aussi le polo. Il vide le reste de la bière sur moi et il me plante là, en se rhabillant puis claque la porte.

    Je me retrouve au milieu de mon salon, trempé de bière, le cul défoncé et le visage couvert de sperme. Je me branle et en bout de quelques secondes tellement je suis excité je lâche des jets de foutre sur mon polo.

    Putain, quand il veut lui!

Mots-clés populaires

Informations

Voir plus d'informations